Technologie

LED Art: Waterlight Graffiti

Waterlight graffiti est un projet d’Antonin Fourneau constitué d’un mur avec plus de 1000 LEDs qui s’allument quand elles sont humidifiées. On peut donc faire des dessin et de message éphémère avec une simple éponge pinceaux ou humidificateur. L’installation est généralement placé dans un lieux public ou des zone à forte influence afin que l’œuvre puisse être partagée par tous.


Bâtiment LED: Le Drugstore de Publicis, Paris

En cette semaine de transition entre deux jours férié nous faisons un retour sur la mise en place de l’éclairage LED du Drugstore Publicis à Paris, conceptualisé par Ugo Cassanello avec son mapping 3D et son travail sur les voiles en LED autour du magasin (inauguré le 7 juillet 2014).

 


LED Art: Constellaction

PanGenerator est un groupe de designer polonais travaillant sur des des nouveaux moyen d’expression et d’interaction, leur projet « constellaction » est un ensemble d’objet qui réagisse a la lumière et si on en place plusieurs les uns a coté des autres il forme une sorte de chaine lumineuse.

L’idée principale de cette œuvre est de travailler sur le thème du partage, représenté ici par la lumière.

 


Vos constructions LED: le drone LED 1000W

Partant d’un besoin d’éclairage de scènes filmé ou photographié de nuit dans des décors extérieurs, l’équipe Stratus Productions à trouver une solutions logistique rapide et simple a mettre en place en plaçant sur un drone un système LED de plus de 90000 lumens avec 10 LED de 100W.

Finies les installations de projecteurs dans des arbres ou avec un système de grue au-dessus de vos scènes avec cette idée l’éclairage est rapidement mis en place et peut être modifié rapidement en déplaçant simplement le drone. La vidéo ci-dessous présente le produit et un tel exemple de scène qu’il serait difficile à mettre en place sans cet outil.


Info LED: Ampoules wifi comment protéger votre réseaux informatique

Des chercheurs américains ont rendu public le fait qu’il est facile de pirater nos ampoules WIFI ce jeudi 3 novembre (lien). Ce problème est aussi reporté sur une grande partie de nos objets connectés et (il suffit de se positionner à moins de 30m de l’un d’eux et de simuler une mises à jour pour en prendre le contrôle). Un rapport qui nous rappelle hélas une autre affaire en 2014 qui annonçait que les informations envoyées par ces produits n’étaient pas codées et qu’il était facile d’écouter et de récupérer les droits d’accès à votre réseau par ces mêmes objets connectés.

Voici un exemple visuel d’un test d’attaque:

Comme nous pouvons voir sur la vidéo le piratage des lampes est surtout visuel mais cet accès permet aussi d’accéder aux données qui se trouvent sur le même réseau tout aussi facilement.

Dès lors que pouvons-nous faire pour nous protéger?

la CNIL propose déjà quelques sécurités à mettre en place facilement:

  • protéger par un mot de passe l’écran de déverrouillage du smartphone (ou de la tablette) utilisé avec l’objet connecté ;
  • être vigilants sur les aspects de sécurisation, en particulier pour les objets produisant des données sensibles, sur votre santé ou sur vos enfants ;
  • être attentif concernant votre vie privée et celle des autres, notamment en évitant de capter ou de stocker des données sensibles, et en désactivant le partage automatique sur les réseaux sociaux ;
  • s’assurer de la possibilité d’accéder aux données et de les supprimer ;
  • penser à effacer ses données lorsqu’on n’utilise plus un service.
  • Dans le cas des objets qui nécessitent l’ouverture d’un compte en ligne, il est recommandé :
    • d’utiliser au maximum des pseudonymes au lieu de vos véritables noms et prénoms ;
    • de ne communiquer que le minimum d’informations nécessaires au service (par exemple, donnez une date de naissance au 1er janvier si le système a besoin de déterminer un âge) ;
    • de créer et de communiquer une adresse de messagerie différente pour chaque objet, chaque service en ligne, et d’éviter d’utiliser une adresse qui serait partagée par les personnes de votre foyer (famille.dupont@…) ;
    • de ne pas employer le même mot de passe pour plusieurs services en ligne.

Mais si avec cette liste, votre vie privée sera en effet un peu plus protégée, elle reste trop simpliste.

La manière la plus simple pour se protéger d’une attaque reste de créer un réseau secondaire pour l’ensemble de vos objets connectés et vos données sensibles seront plus difficilement accessibles par l’écoute des signaux de votre lampe ou autres objets connectés. Pour cela rien de plus simple il suffit de connecter vos objets sur une session invitée, cela vous permettra d’accéder à ceux-ci et eux d’aller sur le internet mais ils n’auront aucun droit de modification sur votre réseau. L’usage de la session invité diffère selon vos box internet mais elles sont simples d’accès et de nombreux tutoriels sur internet sont pour vous aider.